MANDE LANGUAGES
 

Lélé

 
Selon une évaluation qui date de 1998, le lélé était parlé par environ 23 mille personnes à l'ouest de la Guinée Forestière.

 

Carte de la langue lélé

 

Valentin Vydrin avec une assistante de langue, Hélène Tounkara. Village de Fermessadou

Les Lélé sont épisodiquement mentionnés dans les ouvrages ethnographiques depuis la première moitié du 20ème siècle, mais jusqu'à tout récemment il n'était même pas clair si cette langue faisait partie de la famille mandé. Cela s'explique en partie par le fait que les Lélé vivent en symbiose avec les Kissi et ils sont souvent considérés comme un sous-groupe de ceux-ci.

Une étude de la langue lélé s'effectue par des missionnaires protestants, mais les résultats de leurs études restent inconnus du large public. On peut mentionner un mémoire de fin d'études, malheureusement, non-publié:

Mara, Faaly & Camara, Facely. Etude descriptive du Lélé. Institut Polytechnique « Julius Nyerere », 1979, 125 p.

En 1996, Valentin Vydrine a eu plusieurs séances de travail avec un locuteur du lélé à Conakry. En septembre 2007, Valentin Vydrine et Elena Perekhvalskaya on enregistré une liste de mots et phrases lélé au village de Fermessadou, à 10 km de Kissidougou. Une analyse de ces données a été présentée au 2ème Colloque international sur les langues et la linguistique mandé:

Valentin Vydrin. Lélé: présentation d'une langue.

Une version élargie de cette étude a été publiée dans la revue Mandenkan:

Valentin Vydrine. Esquisse de la langue lélé (groupe mokolé). Mandenkan, 45, 2009, pp. 29-104.