MANDE LANGUAGES
 

Le groupe mokolé

 

Les langues de ce groupe sont parlées dans de différents coins de la Guinée, de l'extrême nord-ouest à la Guinée Forestière et dans les territoires voisines de la Sierra Leone. Il y a des raisons à penser qu'il y a quelques siècles, les locuteurs des langues mokolé occupaient des espaces beaucoup plus vastes, surtout au Fouta Djallon. Leur influence sur les voisins se manifeste dans les anciens emprunts au mokolé dans les langues soussou et djallonké (ex., le mot kóbole 'écorce' en djallonké et soussou, cf. lélé kɔ̀n-gbólo, ou, avec l'article défini, kɔ̀n-gbóle, litt. "peau d'arbre").

Après la conquête peule du Fouta-Djallon, les locuteurs des langues mokolé, kakabé et mogofin se sont trouvés dans une position subordonnée ou repoussés vers le nord-ouest. Ils sont souvent considérés comme des sous-groupes des Maninka. Les Koranko aussi sont souvent rangés parmi les Maninka. Quant aux Lélé, ils sont souvent confondus avec les Kissi avec lesquels les Lélé habitent en contact étroit.

Selon les données glottochronologiques, le groupe mokolé est un peu plus proche du vaï-kono qu'au mandingue. Des nombreux traits que le koranko et le kakabé partagent avec le mandingue s'expliquent sans doute par des contacts longs et intensifs entre les locuteurs de ces langues et les Maninka.