MANDE LANGUAGES
 

Xasonka

 

Le xasonka, ou le khassonké, est la langue d'un petit groupe ethnique au nord-ouest du Mali. Il est parlé par environ 130 mille personnes (d'ailleurs, ce chiffre peut être infériorisé).

Carte de la langue xasonka

Du point de vue linguistique, le xasonka est très proche du maninka voisin ("le maninka de Kéniéba"). Cependant, il est inclus dans la liste des "langues nationales" du Mali, ce qui est dû à un fort sentiment de l'identité ethnique chez beaucoup de Xasonka et un dynamisme des intellectuels xasonka.

On croit que le groupe ethnique xasonka provient du mélange des Peuls et des Maninka, mais cette thèse demande quelques précisions. D'abord, les Soninké aussi ont contribué considérablement dans l'ethnogenèse xasonka. Ensuite, l'origine hétérogène du groupe ethnique xasonka n'a pas eu beaucoup d'incidence sur la langue xasonka qui n'est aucunement une "langue mélangée", c'est bel et bien une langue mandingue.

Il y a plusieurs ouvrages importants et relativement récents sur le xasonka:

Koité-Herschel, Ute. Le xàsonga (Mali) : phonologie, morphosyntaxe, lexique xàsonga–français et textes. Thèse pour le doctorat de 3e cycle. Universtité de Grenoble, 1981, 265 + 106 p.

Tveit, Harald. Grammaire de la langue khassonké. Bamako : Mission Protestante Norvégienne, 1997, 132 p.

Tveit, Harald; Dansoko, Gagny. Petit dictionnaire khassonké-français. Oussoubidiagna, Mission Protestante Norvégienne, 1993, 105 p.

Cf. un compte-rendu du dictionnaire de Tveit et Dansoko:

Vydrine, Valentin. Compte-rendu de : H. Tveit, G. Dansoko. Petit dictionnaire khassonké-français. Oussoubidiagna, 1993. St. Petersburg Journal of African Studies, 3, 1994, pp. 164-166.

Et voici un texte de Valentin Vydrine sur la situation socioliguistique dans la zone xasonka:

Vydrine, Valentin. Étude socio-linguistique en pays khassonké. In: G. Dumestre (ed.). Stratégies communicatives au Mali : langues régionales, bambara, français. Institut d'Études Créoles et Francophones URA 1041 du CNRSá Université de Provence, 1994, pp. 197-279.