MANDE LANGUAGES
 

Maninka

 

Le maninka est un continu dialectal énorme qui s’étend du Sénégal sud-est et de la partie occidentale du Mali jusqu'en Guinée du sud, ses variantes divergent parfois très considérablement. Le nombre des locuteurs des variétés différentes du maninka peut être évalué, avec toutes les précautions nécessaires, de 4 à 5 millions.

La carte linguistique maninka: Guinée, Mali occidental.

Le mot "maninka" est à l'origine une modification du nom Mandenka “habitant du pays Manding" (sans aucun doute, le nom du pays Mali provient du même mot Manding qui s'est transformé ainsi en soninké, la langue de prestige de l'ancien Soudan Occidental; on peut supposer que le nom français du peuple Maninka, "Malinké", est également d'origine soninké). Par conséquent, tous les groupes et sous-groupes ethniques qui s'identifient à l'histoire du Mali Ancien peuvent se considérer comme maninka. Là où les événements plus récents ont produit de nouvelles entités politiques, on peut observer parfois de doubles identités ethniques. Ainsi, de nombreux Mandingues de Côte-d'Ivoire se disent malinké ou dioula, en fonction des circonstances, au niveau de scolarisation et, à un certain degré, de la situation politique: les partisans du Rassemblement des Républicains se disent plus volontiers Dioula, et ceux qui sont plus loyaux au régime de Laurent Gbagbo s'identifient plus souvent avec les Malinké; d'ailleurs, semble-t-il, ce dernier terme est utilisé surtout par les personnes scolarisées.

En parlant des divergences linguistiques entre les variantes du maninka, mentionnons trois isoglosses les plus importantes:

- systèmes à 5 voyelles vs. systèmes à 7 voyelles. Dans toute la zone au nord-ouest de Kita (Mali), l'inventaire vocalique s'est contracté, ce qui a influencé considérablement tous les aspects de la langue. Le maninka du nord-ouest du Mali et du Sénégal oriental a ce trait en commun avec le khassonka, le mandinka et le djakhanka;

- élision vs. maintien des consonnes vélaires intervocaliques. En maninka guinéen au sud de Siguiri, la consonne -k-/-g- s'est amuïe entre les voyelles à l'intérieur du pied métrique. Ce trait rapproche les dialectes guinéens de Kankan et de Kouroussa au mandinka de la Sénégambie;

- tons "normaux" vs. "inverses". Dans les variétés mandingues de la Guinée du sud et au nord du Libéria (konya, manya) les tons sont pratiquement à 100% inversés par rapport aux tons des langues mandingues les plus connues (comme le maninka de Kankan, le "bambara standard", le dioula véhiculaire). Cela les rapproche du dioula de la région d'Odiénné (Côte-d'Ivoire) et de certaines autres variantes ivoiriennes, mais aussi au marka-dafing (à la frontière entre le Mali et le Burkina Faso).

En Guinée, une forme littéraire se développe sur la base du dialecte de la ville de Kankan et de la région Batè (ce qui s'explique par le fait que Souleymane Kanté, l'inventeur de l'alphabèt N'Ko et de la langue littéraire maninka, vient du village Nafadji en Batè, tout comme beaucoup de ses disciples les plus influents); cette variété est connue sous le nom de maninka-mori ('le maninka musulman'). Cependant, les Manya et les Konya, habitants des régions plus sudistes, ont une identité assez forte, et leurs variétés ont donc un certain potentiel d'évolution autonome: ainsi, il y a une radiodiffusion en konya, à côté du maninka. Quant aux Maninka du Mali, ils s'identifient facilement avec les Bambara, et le fait de l'inclusion du maninka dans la liste des "langues nationales" du Mali n'a pas beaucoup de chances de prévenir la convergence du maninka malien avec le bambara boulimique.

A cause d'une longue isolation de la Guinée par rapport à l'extérieur pendant la période de Sécou Touré (1958-1984), les linguistes occidentaux ont prêté considérablement moins d’attention au maninka par rapport au bambara ou dioula. Cependant, il faut mentionner certaines publications importantes:

Grégoire, Claire. Le maninka de Kankan. Eléments de description phonologique. Tervuren : Musée Royal de l'Afrique Centrale, Annales, 122, 1986.

Hoover, Carole Lynn. Tense and aspect in Maninka narrative discourse. MA Thesis, The Univ. of Texas at Arlington, 2000, 103 p.

Spears, Richard A . The Structure of Faranah-Maninka. Bloomington: Indiana University, 1965.

Spears, Richard A. Tonal dissimilation in Maninka. Journal of African Languages, 7:2, 1968.

Il y existe un dictionnaire assez important, fait par les missionnaires; malheureusement, sans notation tonale et jamais publié:

(Paul Ellenberger et al.) Maninka-English Dictionary. Kankan: The Christian Missionary Alliance, n.d.

Mais le faible intérêt de la part de la linguistique européenne et américaine a été compensé par les travaux des Guinéens, surtout dans le cadre de "l'école N'Ko". Souleymane Kanté (le créateur de l'alphabet N'Ko et de la langue littéraire maninka) et ses élèves ont écrit plusieurs livres sur la grammaire où on peut trouver des observations fines sur la langue maninka. Leur oeuvre la plus importante est le grand dictionnaire monolingue:

Kánte, Sùlemáana. Ńkó kɔ́dɔ-yidalan` wála fàsarilán` háman kɔ́dɔfɔlan Màndén fòdobakan yíriwanEn dɔ́́, àní Fàdafinna Télebe jàwo kán` n’à kán sádamaba dɔ́ [Le dictionnaire Nko en langue manding commune dévéloppée, la langue de commerce de l’Afrique de l’Ouest et sa langue charmante ]. Kánkan, 1962. Ed. Bàba Jàanɛ, Misiran, 1992 [Le dictionnaire Nko en langue manding commune dévéloppée, la langue de commerce de l’Afrique de l’Ouest et sa langue charmante. Fait par Soulemana Kantè à Kankan, le 24 novembre 1962. Edité par Baba Jaanè de 10 juin à 14 juillet 1992 en République d'Egypte]. 536 p.

(la deuxième édition de ce dictionnaire a eu lieu en 2003; voir une analyse de ce dictionnaire dans Vydrine, Valentin. Sur le "Dictionnaire Nko". Mandenkan 31, 1996, pp. 59-75.)

A Léningrad/St. Petersbourg, le maninka était l'objet d'étude d'une chercheuse de l'Institut de l'ethnographie Victoria Tokarskaya/Labzina. Elle a publié deux petits livres, de nos jours beaucoup dépassés:

Токарская В.П. Язык малинке (мандинго). М.: Наука, 1964, 51 с. [Victoria Tokarskaya. La langue malinké (mandingo). Moscou: Nauka, 1964, 51 p.]

Лабзина В. П . Язык манинка. М. : Наука, 1972, 104 c. [Victoria Labzina. La langue maninka. Moscou: Nauka, 1972, 104 p.]

Les travaux de Svetlana Tomčina qui enseignait le maninka à la chaire africaniste de l'Université d'État de Léningrad présentent beaucoup plus d'intérêt. Elle travaillait sur un grand dictionnaire maninka et bambara; elle a publié un livre et quelques articles:

Томчина С.И. Введение в синтагматическую морфологию языка манинка. Ленинград: Издательство ЛГУ, 1978, 117 с. [Svetlana Tomčina. Introduction à la morphologie syntagmatique de la langue maninka. Léningrad: Editions de l'Université d'État de Léningrad, 1978, 117 p.]

Томчина С.И. Ещё раз о «двух видах принадлежности» в языке манинка. Africana. Африканский Этнографический Сборник XV. Ленинград: Наука, 1984, с. 192-212. [Svetlana Tomčina. Encore une fois sur "les deux types de possession" dans la langue maninka. Africana - Afrikanskiy Etnografičeskiy Sbornik XV. Léningrad: Nauka, 1984, pp. 192-212.]

Après sa mort en 1984, le travail du dictionnaire a été continué par son élève Valentin Vydrine. Pour le moment, seul le premier volume est publié, en versions russe et anglaise:

Выдрин В.Ф., Томчина С.И. Манден-русский словарь (манинка, бамана). Том 1: A-DAD. СПб: Издательство Дмитрий Буланин, 1999, 342 с. [Valentin Vydrine, Svetlana Tomčina. Dictionnaire mandingue-russe (maninka, bambara). Vol. 1: A-DAD. St. Petersbourg: Dmitry Bulanin Publishers, 1999, 342 p.]

Vydrine, Valentin. Manding-English Dictionary (Maninka, Bamana). Vol. 1: A-DAD. St. Petersburg: Dimitry Bulanin Publishing House, 1999, 315 p.

On peut mentionner aussi quelques petits articles de Valentin Vydrine sur le sémantisme lexical et l'étymologie maninka:

Выдрин В.Ф. Глаголы перемещения в воде в языке манинка // Т.А.Майсак, Е.В.Рахилина (ред.). Глаголы движения в воде: лексическая типология. М.: Индрик, 2007, с. 730-738. [Valentin Vydrine. Les verbes de déplacement dans l'eau en maninka. In: T.A.Maïsak, E.V.Rakhilina (eds.). Aquamotion: Les verbes de mouvement dans l'eau: Une typologie lexicale. Moscou: Indrik, 2007, pp. 730-738.]

Valentin Vydrin. To be respectful in Mande – Where does Maninka honorific vocabulary come from? S. Belcher, J. Jansen, M. N’Daou (eds.). Mande Mansa: Essays in honor of David C. Conrad. Zürich – Berlin : Lit, 2008, pp. 216-225.

В.Ф.Выдрин, М.Диане. Система терминов родства гвинейских манинка. Антропологический форум, 9, 2008, с. 237-262. [Valentin Vydrine, Mamady Diané. Le système de la terminologie de parenté des maninka guinéens. Antropologitcheskiy Forum, 9, 2008, pp. 237-262.]