MANDE LANGUAGES
 

Dioula

 

Le nom "dioula" couvre plusieurs entités différentes. D'abord, il s'agit du dioula comme langue véhiculaire en Côte-d'Ivoire et au Burkina Faso, parlée par trois à quatre millions de personnes au Burkina et cinq à sept millions en Côte-d'Ivoire.

L'aire du dioula véhiculaire

En deuxième lieu, c'est le nom commun des variétés mandingues locales dans les deux pays, surtout en Côte-d'Ivoire, où leur nombre dépasse 25. Le nombre de leurs locuteurs est évalué à 1,5 million en Côte-d'Ivoire et 1 million au Burkina Faso.

Variétés locales dioula

En troisième lieu, le terme "dioula" est, dans ces pays, à peu près synonyme de "mandingue": tout Maninka ou Bambara venant dans ces pays est considéré comme un Dioula.

Le nom dioula provient du mot mandingue jùla qui veut dire "marchand". Cela reflète une réalité historique (mais aussi moderne): la pénétration des Mandingues au nord de la Côte-d'Ivoire, puis à l’ouest du Burkina Faso, se passait sous forme d'une expansion commerciale. Même aujourd'hui, les Dioula occupent la niche sociale des marchands et financiers, mais aussi des artisans. D'ailleurs, ils ne fuient pas les autres professions: un grand nombre de Dioula sont des agriculteurs, des chauffeurs de taxi et de minibus, des mécaniciens, des militaires...

La source principale de la grammaire dioula reste le manuel de Gérard Dumestre:

Dumestre, Gérard. Ko dii? Cours de dioula. Abidjan: CERAV, 1974, 308 p.

Il existe plusieurs dictionnaires du dioula ivoirien, avec notation tonale:

Dumestre, Gérard. Lexique fondamental du dioula de Côte d’Ivoire. Abidjan : ILA, 1974, 75 p.

Braconnier, Cassian & Dérive, Jean. Petit dictionnaire dioula: Dioula-Français, Français-Dioula. Abidjan: ILA, 1978, 141 p.

Coulibaly, Moussa; Haraguchi, Takehiko. Lexique du dioula. Abidjan : ILA – Tokyo : Institut des Economies en Voie de Developpement, 1993, 210 p.

Au Burkina Faso, il y a des publications "officielles":

Lexique de base Jula provisoire : 1e édition révisée. Burkina Faso, 1995, 261 p. (avec la notation tonale)

Dictionnaire de poche bilingue / Kanfiladanyɛgafenin julakan-tubabukan / Français – Dioula. Burkina Faso, 2003, 179 p. (sans notation tonale)

Le travail sur un grand dictionnaire du dioula ivoirien (orienté vers la norme interethnique) est animé par Aby Sangaré et Kalilou Téra.

Aby Sangaré et Kalilou Téra à St. Petersbourg. Septembre 2009

La source principale de la dialectologie mandingue en Côte-d'Ivoire reste l'étude de Marie-Jo Derive:

Derive, Marie-Jo. Etude dialectologique de l'aire manding de Côte-d'Ivoire. P.: Peeters-SELAF, 1990. Fasc. I, 270 p., Fasc. II, 137 p.

Il existe des descriptions plus approfondies de certaines variantes locales. Les plus importantes sont les travaux de Cassian Braconnier sur le dioula de la région d'Odienné:

Braconnier, Cassian. Phonologie du dioula d'Odienné. Abidjan-Paris : ILA-ACCT, 1983.

Braconnier, Cassian. Dioula d'Odienné (Parler de Samatiguila), Dictionnaire et études de linguistique descriptive. Thèse pour le Doctorat d'État. Univ. de Grenoble, 1989.

Braconnier. Eléments de syntaxe du verbe en Dioula d’Odienné. Mandenkan, 21, 1991.

Une description du dioula de la région de Kong est présentée dans la thèse d'Aby Sangaré:

Sangaré, Aby. Dioula de Kong (Côte d'Ivoire) : Phonologie, Grammaire, Lexique et Textes. Vol. 1-3. Université de Grénoble. Thèse de doctorat de IIIe cycle, 1984.

Au Burkina Faso, le dioula local est étudié, en particulier, par Alou Keïta et Lamine Sanogo.

Beaucoup de matériaux sur les différentes variantes du dioula sont publiés dans la revue Mandenkan.