MANDE LANGUAGES
 

Toura (wen)

 

Le toura (wen) est parlé par environ 60 mille personnes à l'est de la route Man - Touba, à l'Ouest de Côte-d'Ivoire. Aucune grande ville n'est située dans la zone de localisation des Toura, leur centre administratif est la ville de Biankouma, où la langue dan prédomine. Cela explique le fait que beaucoup de Toura parlent le dan comme leur deuxième langue.

Situation géographique de la langue toura

Professeur Thomas Bearth, Go Barthélémi et Dmitry Idiatov à l'ouverture du colloque de 2003. Abidjan

Malgré sa position qui n'est pas du tout centrale, la langue toura a eu plus de chance par rapport aux autres langues du groupe mandé-sud, parce que depuis les années 1960 elle est dans le focus de l'attention de Thomas Bearth. En 1971 il a publié une description détaillée de cette langue:

Bearth, Thomas. L’énoncé toura. Norman (Oklahoma): S.I.L., 1971, 481 p.

Elle a été suivie d'une série d'articles traitant des apects différents de la langue toura (voir la bibliographie). A part de cela, Thomas Bearth et sa femme Ilse Bearth-Braun ont organisé une traduction et publication du Nouveau Testament en toura ; ils ont initié les cours d'alphabétisation en toura et beaucoup aidé à leur propagation.

Dans l'équipe russe, la langue toura est un objet des études de Dmitry Idiatov.

Comme une description "primaire" de la grammaire de la langue toura avait été faite, Dmitry s'est concentré sur la création d'un dictionnaire dont la première édition doit paraître très prochainement, et une version préliminaire (avec un Introduction très détaillée) est disponible ici.

D. Idiatov. Introduction au Dictionnaire Toura-Français.

D. Idiatov. Dictionnaire Toura-Français.

Quand une des versions intermédiaires du dictionnaire avait été montrée par Thomas Bearth aux représentants du peuple toura, cela a rempli leurs coeurs d'ardeur, et ils ont voulu faire de leur mieux pour avancer ce travail. C'est comme ça que le projet de la "Lexicographie villageoise toura" a démarré. Ce projet a été soutenu par des fondations helvétiques et allemendes, il a permis d'enrichir considérablement le dictionnaire. Le coordinateur de ce projet du côté ivoirien est Barthélémi Go. 

Depuis quelques années, tous les septembres, juste après la récolte, les Toura organisent une "Fête de Lexicographie".

Septembre 2007. Fête de lexicographie toura au village de Yaloba

Rapport de la fête de lexicographie villageoise toura, 2007

A part du dictionnaire, Dmitry Idiatov fait des recherches concernant des aspets différents de la langue toura. Un article est consacré au problème de découpage de mots, très actuel pour toutes les langues mandé :

Idiatov, Dmitry. La détermination des limites de mots: l’exemple de l’orthographe toura. Mandenkan (Paris) 41, 2005, pp. 29-39.

L'article suivant analyse les "restricteurs" (les mots qui se traduisent comme "seulement", "exactement", "aussi", "même", "surtout", etc.). Une caractéristique spectaculaire des restricteurs en toura est leur abilité d'être insérés à l'intérieur des numéraux, où ils peuvent être vus comme des infixes ou comme des mots à part :

Idiatov, Dmitry. The exceptional morphology of Tura numerals and restrictors: endoclitics, infixes and pseudowords. Journal of African Languages and Linguistics 26 (1), 2005, pp. 31-78.

Dans l'article suivant, les statuts théoriques des notions de l'antigrammaticalisation et de l'antimorphologisation sont considérés. Un cas intéressant de l'antigrammaticalisation en toura est analysé :

 

Idiatov, Dmitry. 2008. Antigrammaticalization, antimorphologization and the case of Tura. In Elena Seoane, María José López-Couso & (in collaboration with) Teresa Fanego (eds.), Theoretical and empirical issues in grammaticalization, 151-169. Amsterdam: John Benjamins.