MANDE LANGUAGES
 

Bisa

 

Le bisa est la "macrolangue" la plus importante du groupe mandé-est. Selon "Ethnologue-15", elle est parlée par presque 600.000 personnes. La plupart des Bisa (environ 350.000) habitent au Burkina Faso, les autres au Ghana (165.000) et à l'extrême nord-ouest du Togo (quelques milliers).

Carte de la langue bisa

(La carte représente surtout l'aire bisa au Burkina Faso; les données concernant des zones compactes bisa au Ghana ne sont pas disponibles, - sans doute, les Bisa du Ghana sont dispersés.)

On distingue en bisa deux grands dialectes: celui de l'est, le barka, et celui de l'ouest, le lebir. A son tour, le lebir se subdivise en dialectes lebri et léré. Les différences entre les dialectes sont assez importantes, on parle parfois des langues différentes. En même temps, les limites entre les dialectes/langues à l'intérieur du bisa sont assez floues.

La littérature sur le bisa est assez considérable. L'ouvrage le plus ancien est la grammaire et le dictionnaire d'André Prost:

Prost, André. La langue bisa : grammaire et dictionnaire. Ouagadougou : Centre IFAN, 1950. (2e édition : Farnborough: Gregg press, 1968).

Comme la plupart des ouvrages de l'époque, cette publication se caractérise par l'absence de la notation tonale et une sous-distinction des opposition vocaliques. Les tons ne sont pas marqués non plus dans les publications d'Antony Naden écrits vingt ans plus tard, y compris sa grammaire:

Naden A.J. The grammar of Bisa, a synchronic description of the Lebir dialect. Univ. of London, SOAS, 1973.

Dans les ouvrages plus récents, ce défaut a été surmonté. A ce propos, il faut mentionner, avant tout la thèse et le dictionnaire de Bettie Vanhoudt (aussi bien que les autres publications de cet auteur):

Vanhoudt, Bettie. Lexique bisa-français. Mandenkan 34, 1999.

Vanhoudt, Bettie. Description du bisa du Zabré. Thèse de doctorat : Université libre de Bruxelles, 1991/2.

Vanhoudt, Bettie. Les pronoms personnels du bisa. Mandenkan 23, 1992, pp. 83-108.

Il y a plusieurs ouvrages, par de différents auteurs, sur la phonologie bisa, y compris sur son système tonal:

Hidden, R. The tones of monosyllabic nouns in the associative construction in Bisa. University of Leiden, Dept. of African Linguistics, 1986.

Obeng, Samuel Gyasi. Vowel harmony in Bisa. Afrikanistische Arbeitspapiere, 36, 1993, pp. 115-123.

Beaucoup d'attention est payée à cette langue à l'Université de Frankfurt. La langue et la culture bisa font objet d'un numéro spécial de Frankfurter afrikanistische Blätter No. 8, 1996. Il faut mentionner également d'autres publications des africanistes de Frankfurt, en particulier:

Vossen, Raimund & Schreiber, Henning . Approche de la situation dialectologique du bisa (mandé oriental) : la phonologie. In: Robert Nicolaï et al. (eds.). Leçons d’Afrique : Filiations, ruptures et reconstruction des langues. Un hommage à Gabriel Manessy. Louvain-Paris : PETERS, 2001, pp. 221-238.

A part ça, on ne peut pas oublier les mémoires des étudiants burkinabé de l'Université de Ouagadougou, en particulier les suivants:

Nocwindé, Tarnagda. Le groupe nominal en bisa. Université de Ouagadougou, 1984-1985, 56 p.

Galbane, Adama. Eléments de phonologie et de grammaire du bisa (étude synchronique du bisa barka). Université de Ouagadougou, 1985, 100 p.

Gouba, N. Firmin. L'acculturation linguistique en pays bisa: Monographie du village de Zabré. Université de Ouagadougou, 1988, 47 p.